Il vous faudra un million…

Il n’y a pas de corrélation évidente entre la capitalisation d’une start-up et ses chances de réussite. En effet, la corrélation est probablement inverse : moins on a d’argent, plus il faut apprendre vite à en gagner.

.
Ce paradoxe est confirmé par des études remarquables menées aux États-Unis par le professeur Amar Bhidé de Tufts University.
 
La véritable expérience américaine
.
Le Pr Bhidé a sélectionné une centaine d’entreprises américaines, inconnues du grand public, parmi celles qui ont réussi de manière exceptionnelle.
.
Elles avaient toutes 6 à 8 ans d’existence, des taux de croissance de 35% à 40%, et une rentabilité excellente pendant 5 années consécutives. L’effectif médian était de 110. Tous les secteurs étaient représentés et la technologie ne pesait pas lourd.
.
Plus d’un quart avaient démarré sans capital (comme Dell et Microsoft !) et la vaste majorité avec moins de $100.000 pour atteindre le point-mort et l’autofinancement.
 

Commencez petit et apprenez vite.

.
Presque toutes ont modifié leur stratégie de départ de manière significative, afin de l'adapter aux réalités du marché qu’ils découvraient. Aucune n'a démarré à l'échelle nationale mais plusieurs l’ont atteint petit à petit et, apparemment, sans recours aux investisseurs.
.
Je recommande vivement la lecture de « The Origins and Evolution of New Business ». ISBN 0-19-513144-4.
.
 
L’argent, c’est comme l’eau.
.
Une entreprise sans argent est comme une cellule sans eau : elle meurt. Néanmoins, comme il y a différentes catégories d’eau, il y a différentes catégories d’argent selon la provenance.
 
L'argent de source.
.
L’argent des clients est comme l’eau de source, préférable aux autres à tout point de vue. C’est pourquoi j’encourage les entrepreneurs à commercialiser leur produit ou service le plus tôt possible, afin de maximiser les possibilités d’autofinancement ainsi que d’avoir les réactions inattendues du marché.
 
L'argent du robinet.
.

L’argent des banques est comparable à l’eau du robinet. Il est fort utile si on la consomme avec modération. En revanche, si on laisse couler le robinet…

 
L'argent de la rivière.
.
Prendre l’argent des investisseurs est comme boire l’eau de la rivière : elle peut être absolument pure mais on ne peut juger à l'œil nu. Il va de soi qu’il faut prendre le risque dès lors que l’alternative est de mourir de soif. Mais on y boit le moins possible.
 
Point trop n'en faut.
.

Une levée de fonds doit être un moyen et non une finalité. Autrement dit, sauf à très court terme, c'est la stratégie de l'entreprise qui doit déterminer ses besoins financiers et non l'inverse.

« Il vous faudra
un million… »
La primauté
de la technologie
Le mythe du
" first mover "
Le tremplin du
marché national
Démarrer en
5e vitesse !
La notoriété
à tout prix
« Faites faire un
prévisionnel par votre
expert-comptable. »
L'impératif
d'un plan de sortie